Le reconversion professionnelle digitale

Aujourd’hui, nous vous proposons un Askinum autour d’une thématique bien particulière : la reconversion professionnelle digitale ! Pour cela, partons à la découverte du parcours riche en rebondissements d’Alice, aquinumienne depuis 2016, ainsi que d’Alexia, aquinumienne depuis plus d’un an et membre du conseil d’administration.

Présentes le 18 mars dernier au Salon Profession’L, nos deux aquinumiennes nous ouvrent aujourd’hui les portes de leur histoire pour parler de reconversion professionnelle digitale. 

Après 14 ans de métier en communication globale, Alice Sebego est désormais développeuse web en alternance auprès de l’agence La Compagnie Hyperactive de groupe Idaia. Voici son histoire…

“ Dès 2014, les membres d’Aquinum ont été décisifs dans mon parcours en com’ et dans ma reconversion professionnelle en dév’. 

J’ai choisi la communication alors que j’étais au collège. Pourtant, je me suis dirigée en fac d’Arts Plastiques, après mon bac Littéraire. C’est pendant cette période que mon métier de cœur est revenu dans le parcours de formation. Autant dire qu’il s’agissait de ma première réorientation professionnelle, dans le fond comme dans la forme. En 2007, j’obtiens mon BTS Communication des Entreprises, grâce un parcours au CNED (études à distance) et 3 stages en entreprises. Après quelques temps à jongler entre CDD et jobs alimentaires, l’opportunité d’offrir mon savoir-faire par une activité indépendante s’est révélée pertinente. C’était également une possibilité de développer et d’enrichir mes compétences. En effet, la demande exprimait de plus en plus un besoin pour les outils online, comme des sites web. A cette occasion, je me suis formée en HTML, CSS, PHP, MySQL, aux CMS WordPress et Prestashop. 

Lors de ma veille professionnelle qui était plutôt de façon isolée devant mon PC à lire des articles de blog, LinkedIn &co, j’ai vu apparaître un événement proposant le partage de connaissance de Gabrielle Denis, autour de l’utilisation des réseaux sociaux au bénéfice de la communication numérique. C’était le premier meetup au Node auquel j’assistais. Dans le même temps, je découvrais ce que proposait l’Aquinum : à la clé, partage et échanges avec des professionnels, étudiants, passionnés du secteur et outils du numérique. Le tout en venant et en me présentant comme je suis ! 

Petite parenthèse : en 2015, je m’inscrivais également dans une démarche personnelle en écrivant un livre. Un jour, un certain François l’a lu et a été « bousculé » par ce que j’y partageais. 2 mois plus tard, je partageais mon parcours à l’édition 2016 du TEDx de Bordeaux, dont Aquinum est partenaire de la 1ère heure. Auparavant, je complexais sur mon parcours atypique et non linéaire … Or c’est une richesse hors-norme car nous sommes tous uniques dans nos expériences que nous pouvons partager. Ainsi, lorsque que j’ai coutume de dire qu’à Aquinum, on vient comme on est, c’est sincère. Fin de la petite parenthèse 

En 2018, à la fois lassée de la vie de freelance et enthousiaste par une discussion avec l’ancien directeur régional de Pôle Emploi de Nouvelle-Aquitaine, c’est l’opportunité d’une bifurcation vers le développement web qui s’est révélé dans ma trajectoire. 

Toujours présents dans mon entourage professionnel, ce sont des membres d’Aquinum qui ont sécurisé cette « prise de risque ». Il faut dire qu’une reconversion professionnelle amène son lot de questions, de doutes et de remises en question. 

J’en profite pour saluer Thomas Parisot aka @oncletom qui m’a offert son livre blanc – Node JS, Apprendre par la Pratique – alors que je n’avais même pas encore entamé ma 1ère formation de reconversion dans le dév’. Je venais simplement assister à son meetup au Node, en tant que « noob ». Et ce développeur expérimenté m’accueille et me parle d’égal à égal. Cela a été de même avec le collectif Okiwi, Bordeaux JS et les locaux du WordCamp, tous rencontrés au Node. En vrai, c’est cet état d’esprit qui fait qu’en 2016, j’ai choisi d’adhérer à Aquinum, que je viens régulièrement pour échanger et apprendre avec les Aquinumiens. 

Que ce soit en tant que professionnelle, en tant qu’étudiante et en tant qu’utilisatrice lambda d’outils numériques, on se rencontre, on se découvre, on se redécouvre et on partage sans modération autour du secteur.  ” 

Suite à sa reconversion professionnelle, Alexia Petitjean est aujourd’hui cheffe de projet digital. À son tour, voici son histoire…

“ Après l'obtention d’un BTS audiovisuel montage et post-production, j’ai quitté Bordeaux pour partir à la rencontre du milieu audiovisuel parisien.

Après un passage en fac de cinéma et quelques petits jobs, j’ai rapidement trouvé un emploi d’assistante de production et post-production au sein du service des bandes-annonces de France 5. Trois ans plus tard, je découvrais le poste de chargée de production au sein de ce même service.

L’organisation, la coordination, la planification et le suivi de la fabrication des bandes-annonces de la chaîne sont devenues mon quotidien. J’avais trouvé un métier dont l’équilibre entre la coordination et la technique frôlait la perfection et dans lequel je m'épanouissais pleinement.

Je n’ai compris qu’après coup que ce métier “parfait” n’était rien d’autre que de la gestion de projet, je n’imaginais pas encore qu’il pouvait exister dans d’autres secteurs.

Fin 2018, et bien que passionnée par mon travail, j’ai souhaité quitter Paris pour regagner mes pénates. J’ai donc demandé une rupture conventionnelle à mon employeur afin de pouvoir être accompagnée dans ma future recherche d’emploi qui ne s’annonçait pas simple !

De retour à Bordeaux, j’ai monté une minuscule structure de catering afin de proposer des repas frais élaborés à partir de produits locaux aux équipes de tournage mais également aux troupes de théâtre et lors de séminaires d’entreprises. Le 12 mars 2020, j’ai compris que cette activité passagère touchait déjà probablement à sa fin car elle n’était absolument pas compatible avec une pandémie mondiale mais aussi que mon ancien métier me manquait.

C’est avec le deuxième confinement que l’inquiétude quant à mon avenir professionnel s'est réellement accru. J’étais rongée par l’ennui et n’avais aucune perspective professionnelle, mon métier me manquait et je savais que ce type de poste était quasi inexistant dans la région.

J’ai donc réalisé un cahier des charges du métier de mes rêves avec une petite exigence supplémentaire, il devait être covid-compatible ! Après quelques recherches, je me suis rendue compte que tout ce que j’avais appris pendant 6 ans pouvait me servir dans un autre milieu qui m’attirait depuis déjà de nombreuses années: le digital.

Il ne m’a pas fallu longtemps pour décrocher mon téléphone et appeler ma conseillère Pôle Emploi afin de lui présenter avec enthousiasme mon projet de reconversion. Quelques jours plus tard, je recevais une publicité sacrément bien ciblée, pour des formations aux métiers du digital financées par Pôle Emploi.

Une candidature, deux entretiens téléphoniques et quelques formalités administratives plus tard, j'intégrais une formation de 14 mois pour devenir Cheffe de projet digital. Exaltée par ce nouveau milieu dans lequel je faisais mes premiers pas, j’ai accompagné un étudiant de la promo précédant la mienne à un évènement organisé par Aquinum.

Bien que très intimidée et avec un gros syndrome de l’imposteur, j’ai vécu un grand moment de convivialité et de fête. J’ai rencontré lors de cet Happynum des personnes passionnées, bienveillantes, drôles et une grande diversité de parcours professionnels. Quelques jours plus tard, je décidais de devenir moi aussi adhérente de l’association. J’ai pu profiter de plusieurs ateliers organisés par Aquinum dont les thématiques collaient parfaitement avec le contenu de ma formation. J’ai également pu commencer à développer mon réseau.

Depuis ce premier Happynum où j’étais l’invitée, je propose régulièrement à des amis qui travaillent dans le numérique de m’accompagner aux évènements organisés par l’association et c’est à chaque fois une franche réussite: s'ils ne repartent pas avec un abonnement au Node, ils deviennent à leur tour adhérent ! Aquinum c’est plus qu’une association, c’est une communauté, celle grâce à qui j’ai fait mes premières rencontres dans le digital. C’est aussi devenu un véritable pilier dans ma construction et mon évolution professionnelle puisque j’ai intégré le conseil d’administration au mois de janvier. Participer à la vie de cette association m’apporte bien plus que je ne l’aurai imaginé. Chaque semaine passée avec Aquinum est l’occasion de nouveaux apprentissages, de chouettes rencontres et d’expériences un peu folles !

Finalement aujourd’hui, Aquinum est un peu le baudrier de ma nouvelle ascension.

Je n’ai pas de conseil particulier à donner à celles et ceux qui voudraient se reconvertir dans le milieu du digital si ce n’est qu’il faut être véritablement passionné et curieux pour poursuivre son apprentissage bien au-delà du processus de formation initial. Ce n’est pas un long fleuve tranquille, il y aura des doutes, des échecs, des portes claquées au nez mais aussi beaucoup de belles choses. Quoi de plus enrichissant et exaltant de se lancer dans une nouvelle aventure ?

Ne vous freinez pas, demandez conseil, allez toquer aux portes des associations, rencontrez de nouvelles personnes, échangez, osez ! Aujourd’hui j’ai le sentiment qu’une reconversion réussie est celle qui nous permet de trouver notre place, d’arriver là où l’on a toujours voulu être et ce sentiment vaut bien une petite prise de risque ! ”.

salon professionl aquinum 2022 - alexia et alice

AQUINUM - C/O Le Node
12 rue des Faussets - 33000 Bordeaux
Réalisation et maintenance par